La voyance à travers l’histoire…

voyance et médium

Nostradamus, Raspoutine, l’oracle de Delphes, Madame Soleil… sont des noms illustres inscrits en lettres d’or dans l’histoire de la voyance. Pourquoi les arts divinatoires ont-ils traversé le temps ?

Les hommes ont toujours été désireux de prédire leur avenir que ce soit pour apaiser leurs craintes ou pour faire un choix stratégique dans leur vie. De nombreuses grandes figures politiques ont même eu recours à la voyance pour prendre des décisions importantes. On peut citer par exemple Catherine de Médicis, Napoléon, Jaurès, Poincaré, Ronald Reagan, Franklin D. Roosevelt entre autres et enfin François Mitterrand qui consultait régulièrement sa voyante.

Les voyants – et surtout les voyantes car cet art est plutôt féminin – utilisent des supports dont les plus connus sont les tarots ou les runes, l’astrologie, la chiromancie (interprétation des lignes de la main), la célèbre boule de cristal, la numérologie, la cléromancie (art divinatoire) ou encore le pendule.

Entrons au cœur de l’histoire de la voyance à travers l’histoire et des grands noms qui l’ont émaillés.

Evolution de l’art divinatoire à travers les âges…

Les prémices de la voyance
Dans les cités de la Grèce et de la Rome Antique, les haruspices ont connu leur heure de gloire. Ces voyants utilisaient plus particulièrement les entrailles des animaux pour prédire l’avenir (notamment le foie). Cette technique servait à condamner et à juger des prisonniers. Cicéron, célèbre auteur romain, dépeint déjà ces pratiques dans « De Divinatione » en 44 av. J.-C : prophéties, augures, oniromancie, haruspices, astrologie… L’oracle de Delphes est très connu également. La Pythie de Delphes, prophétesse d’Apollon (entre 700 et 400 av. J.-C.), transmettait les réponses du dieu aux citoyens qui posaient des questions sur leur avenir. C’était déjà le début de la voyance.

A la même époque, l’Asie a également développé des arts divinatoires basés sur une symbolique taoïste : le Yi King, un oracle interprété à travers des figures ou hexagrammes.

Médium au Moyen Âge

Cette période voit la voyance se développer, et notamment l’astrologie. Cet art qui induit une part de calcul et de mathématique étudie la disposition des étoiles, la place des planètes et leurs mouvements. Les années sont divisées en périodes zodiacales, permettant de déterminer l’horoscope à travers 12 signes.

Au Moyen Âge, existait une large palette de techniques de clairvoyance : divination par le miroir, dans un récipient d’eau, par les flammes ou encore par la terre et les cailloux (géomancie). Ces pratiques mélangeaient les références culturelles et religieuses. Mais la voyance a souvent eu mauvaise réputation : on disait qu’elle relevait de pratiques de sorcellerie diabolique. Les sorcières et hérétiques étaient d’ailleurs brûlés pour conjurer le mauvais sort et les possédés étaient exorcisés.

Au dix-huitième siècle
Les pratiques de la voyance se transforment et entrent dans une phase sombre telle que l’ésotérisme, le spiritisme, le somnambulisme ou l’hypnose (état de conscience modifié ou sommeil

lucide). L’hypnose est peu à peu mise de côté et il sera remis au goût du jour à la fin du XXe siècle.

En ce qui concerne le spiritisme, les médiums entrent en communication avec les esprits des morts en utilisant des guéridons qui se mettent en mouvement. Dans la même idée, on trouve l’écriture

automatique qui retranscrit les mots du défunt. Toutes ces presciences prennent le pas sur la voyance au XVIIIe siècle jusqu’au XIXe siècle…

Au dix-neuvième siècle
La voyance occupe à nouveau une place de choix dans la société. Les voyants – ou plutôt les voyantes car ce sont principalement des femmes – peuvent exercer leur métier dans la rue et en faire commerce, sans se cacher. Au contraire, tarot et chiromancie suscitent un engouement des intellectuels et voyantes et cartomanciennes sont invitées dans les salons, les cabarets à la mode, les boudoirs des belles dames. Les diseuses de bonne aventure se mêlent aux médiums et aux magnétiseurs très en vogue à cette époque. Ces attractions suscitent une réelle curiosité intellectuelle de la part de la haute société.

Voyance au vingtième siècle

C’est une époque phare pour la voyance. Les personnes vont consulter un voyant afin de prévoir un événement qui va se dérouler dans le futur ou présager leur destin. Des informations sur le passé et sur le présent sont recueillies, mais rien n’est linéaire car faire des prédictions est une faculté intuitive, naturelle et innée. Les manifestations peuvent se traduire par des flashs visuels ou auditifs, des images, des perceptions extra-sensorielles ou une charge émotionnelle. Les supports pour canaliser les énergies du médium sont nombreux : tarot, boule de cristal, pendule…

AU XXe siècle, la tarologie prend une grande place dans l’univers des voyants. Chaque carte du tarot a une définition bien précise mais la signification peut changer si elle est associée à une autre carte. Par exemple, l’arcane majeur du Chariot est interprété comme un succès et une réussite. Mais attention, si le carte du Chariot est combinée à la carte de La Tour ou Maison de Dieu, la précipitation de la décision risque de vous amener à l’échec. Il faudra donc modérer votre projet. Un autre arcane peut encore changer la prédiction, et ainsi de suite. L’interprétation du tarologue est donc essentielle dans ce domaine.

Aujourd’hui, il n’est plus du tout tabou de faire appel à des voyants ou de pénétrer dans un cabinet de voyance. D’ailleurs les plus grands hommes politiques et les stars de cinéma ne se privent pas de le faire et ne se cachent pas. Plus que de la prédiction, la voyance est devenue du coaching de vie qui aide à prendre des décisions ou à se rassurer sur son futur.

Les grands noms de la voyance

De nombreux voyants célèbres avec des destins exceptionnels ont traversé les siècles. Dans le domaine de la voyance à travers l’histoire, voici quelques portraits que vous connaissez certainement…

L’oracle de Delphes
C’est l’un des plus célèbres oracles de la Grèce antique. Ce rituel bien précis consistait à interroger personnellement le dieu Apollon sur une question d’avenir. La Pythie était la prophétesse (c’est-à- dire « celle qui parle à la place de dieu »). Cette prêtresse pythienne était choisie par les vierges de Delphes et ses propos parfois confus étaient interprétés par des prêtres.

Marcel Belline surnommé « le prince des voyants »
Ce célèbre voyant ésotérique a marqué le XXe siècle. C’est lui qui a redécouvert le Grand Tarot et a

donné son nom à un oracle « Oracle de Belline »

Raspoutine, guérisseur mystique
Proche de la cour de l’empereur Nicolas II, et plus particulièrement de sa femme Alexandra

Feodorovna, Raspoutine est un célèbre devin, guérisseur et prophète qui a joué un rôle influent sur l’ancien Empire Russe au XIXe siècle.

Madame Fraya
Son vrai nom est Valentine Dencausse. Cette chiromancienne du XXe siècle a conseillé de grands

hommes célèbres tels que de Jean Jaurès et Marcel Proust.

Madame Soleil
Voyante plus contemporaine (1913-1996), qui n’a pas entendu parler de Madame Soleil ? Astrologue de renommée très médiatisée dans les années 80, elle fut la voyante de Jacques Martin entre autres et anima des émissions à la radio comme « Le monde est à vous » par exemple.

Après le thème de la voyance, si le sujet de l’astrologie vous intéresse, nous vous invitons à lire notre article sur l’historique et les grands noms de l’astrologie en lisant cet article https://www.astroquid-france.fr/2020/11/16/histoire-de-lastrologie-a-travers-les-siecles/

error: © 2020 - ASTROQUID